Objectif de la réforme

Des études ont montré que la pension de survie belge constitue souvent un piège à l'emploi surtout pour les femmes lesquelles sont nombreuses à réduire voire à cesser leur activité professionnelle en vue de bénéficier de la pension de survie.

Elles se constituent alors moins de droits individuels à la pension de retraite voire, dans certains cas, plus du tout.

L'objectif poursuivi par la réforme des pensions de survie est de mettre fin à ce piège à l'emploi pour les personnes qui sont encore en âge de travailler et de favoriser l'égalité des chances socio-économiques entre hommes et femmes.

C'est pourquoi, pour le conjoint survivant âgé de moins de 45 ans au moment du décès de son conjoint et dont le conjoint est décédé après le 31 décembre 2014, la pension de survie est remplacée par une allocation limitée dans le temps : l'allocation de transition.

A l'issue du paiement de l'allocation de transition, le conjoint survivant qui n'a pas trouvé de travail aura automatiquement droit à une allocation de chômage.

Le conjoint survivant devra attendre de bénéficier d'une pension de retraite pour que sa pension de survie puisse lui être payée.

En ce qui concerne le conjoint divorcé âgé de moins de 45 ans au moment du décès de son ex-conjoint survenu après le 31 décembre 2014, il pourra, hormis certaines exceptions, bénéficier de la pension de survie au moment où il bénéficiera d'une pension de retraite.